Comment les pilotes font-ils pour se diriger ?

Une fois que l’on a décollé, dans quelle direction aller ? Comment savoir où on se trouve quand on vole au-dessus des nuages ? Aller vite c’est bien, mais se rendre à l’endroit prévu, c’est encore mieux !

au-dessus-des-nuages

Depuis les débuts de l’aviation, l’objectif a été de se déplacer. Des techniques les plus élémentaires aux technologies de pointe, l’aviation commerciale a eu une influence considérable dans l’évolution de la navigation aérienne.

On distingue deux « régimes de vol », c’est à dire deux manières différentes de définir la trajectoire et de piloter un avion :

 

→ Le vol à vue :

C’est le principe de base qui permet de piloter un avion et de se diriger : pour savoir où on est et où aller, on regarde tout simplement à l’extérieur ! Il y a par conséquent une condition nécessaire pour voler à vue : être capable de voir dehors de façon convenable. C’est à dire qu’on ne peut, par exemple, pas voler dans les nuages…

Les règles de vol à vue sont dites VFR (de l’anglais Visual Flight Rules)

Pour se déplacer en vol à vue, la méthode la plus simple consiste à s’orienter par rapport à des repères visibles au sol et à les identifier sur une carte : voies ferrée, fleuves, forêts, lacs, villes et villages sont autant de moyens de savoir où on se trouve.

lac-du-bourget

Une autre méthode consiste à suivre une direction pendant un certain temps jusqu’à arriver à l’endroit voulu. Par exemple : « je vole vers l’est durant dix minutes » permet la plupart du temps de se trouver là où on pense être !

Le gros avantage de cette navigation à vue est qu’elle ne nécessite pas d’appareils compliqués à bord de l’avion : une carte, une montre et une boussole suffisent amplement ! C’est aujourd’hui encore la méthode la plus répandue en aviation légère.

 

→ Le vol aux instruments :

Mais les exploitants d’avions de ligne ne peuvent pas se permettre d’annuler un vol au prétexte qu’il y a des nuages ou que le visibilité n’est pas suffisante. L’aviation commerciale est ainsi à l’origine d’un nouveau « régime de vol » : le vol aux instruments.

Le vol aux instruments permet de piloter un avion sans voir à l’extérieur et de se diriger grâce aux systèmes embarqués à bord ainsi qu’à des aides extérieures.

Les règles de vol aux instruments sont dites IFR (de l’anglais Instrument Flight Rules)

Les instruments : différents instruments permettent de se repérer dans l’espace dont le plus important est l’horizon artificiel. Celui de la photo ci-dessous est installé dans un Fouga Magister, ancien avion de la Patrouille de France.

Horizon-artificiel

Le fonctionnement d’un horizon artificiel et des autres instruments est abordé ici : description d’un appareil léger.

Les balises au sol sont des installations électriques surmontées d’une ou plusieurs antennes à l’usage exclusif de la navigation aérienne. En France, ces balises sont implantées un peu partout sur le territoire et permettent de définir un réseau de « routes aériennes » appelées airways.

airways

D’autres systèmes de plus en plus précis sont venus compléter ce dispositif au fur et à mesure des années : les centrales inertielles par exemple permettent de connaître avec précision la position de l’avion par rapport à son point de départ.

Aujourd’hui, c’est le GPS qui prend de plus en plus d’importance grâce à de nombreux avantages : il s’agit d’un moyen de s’affranchir des balises au sol avec des récepteurs peu coûteux et donc de raccourcir les routes et qui permet de plus d’atterrir par mauvais temps.

 
Pour être informé de la publication de chaque nouvel article (un e-mail par semaine environ), merci d’entrer votre Prénom et votre adresse Email ci-dessous :

By | 2016-12-09T18:55:51+00:00 30 juillet 2014|Technique|7 Comments

About the Author:

Pilote professionnel, instructeur et ingénieur aéronautique, je suis le fondateur du site "Comment ça vole ?" et me passionne pour la vulgarisation aéronautique ! Ca tombe bien, non ?

7 Comments

  1. avgeek 5 août 2014 at 4h31 - Reply

    Super! Merci Julien encofpre pour cet article.
    On en veut d’autres, en période de vacances pas faciles on sait mais on est impatient de lire la suite… À plus

  2. avgeek 8 septembre 2014 at 3h25 - Reply

    Malheureusement trop peu de suivi dans ce site internet qui pourtant partait d’une superbe manière… Trop peu d’actus. Dommage

    • Julien 22 novembre 2014 at 15h05 - Reply

      Bonjour avgeek ! Je suis bien d’accord… Mais après trois mois d’hibernation, « Comment ça vole ? » est de retour !

  3. lacolomberie 22 mai 2015 at 14h21 - Reply

    Pour plus d’information et de formation ,les aéro-club nous forment ce qui nous pemet de pouvoir voler et nous diriger dans l’espace et plus encore

  4. patrick 15 septembre 2015 at 8h06 - Reply

    Bonjour julien ! Difficile de tenir un blog au quotidien. La démarche de vulgarisation dans le monde très technique de l’aéronautique est à saluer. Toutes nos félicitations à ton égard. Nous te rejoignons dans cet élan qui constitue la trame principale, mais pas toujours réussie, de notre blog magazine : http://aero-simulation-magazine.fr. Nous ne manquerons pas de faire figurer ton site dans une de nos flash news mettant en avant les websites méritant le détour et plus encore. N’hiberne pas trop longtemps malgré l’arrivée des temps froids…

  5. Loïck 6 novembre 2015 at 17h25 - Reply

    Étant un passionné dans l’aéronautique, j’ai cherché à trouver un site donnant des informations pas trop complexes à comprendre, et le voici, le vôtre. Merci beaucoup pour toutes ces informations qui me sont très utiles et qui sont très simples à assimiler.
    Aéronautiquement vôtre,

    Loïck BLOUET

  6. Paul Hervé 21 mars 2016 at 9h20 - Reply

    Julien, est ce que les pilotes communiquent avec toutes les tours de contrôle des pays ou des aéroports qu’ils traversent? Que font-ils des endroits où il n’y a pas de balises comme la mer, le désert ou la foret?
    Merci pour ta réponse.

Leave A Comment