Petite introduction à la sécurité aérienne

Priorité numéro un de tous les acteurs du monde de l’aérien, on parle beaucoup de la sécurité aérienne. Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Petite introduction avec le modèle de Reason !

avions volant en patrouille

 

Mais au fait, quelle est la différence entre sécurité et sûreté ?

Ce sont deux choses complètement différentes :

→ La sécurité concerne toutes les actions de prévention des accidents, c’est à dire dont l’origine est involontaire : problème technique, erreur humaine, etc.

→ La sûreté fait quant à elle référence à la prévention des actes de malveillance, dont l’origine est donc volontaire : terrorisme, détournements d’avion, dégradations volontaires, etc.

A l’aéroport, vous devez passez le « poste d’inspection filtrage » (surnommé PIF pour les intimes), c’est à dire l’endroit où l’on contrôle que vous n’avez pas d’objet dangereux sur vous ou dans vos bagages. Ces contrôles sont ainsi mis en place pour des raisons de sûreté.

Attention : la traduction en anglais comporte un petit piège ! En effet, sécurité se traduit « safety », alors que sûreté se traduit « security »… De quoi se mélanger les pinceaux !

 

La sécurité des vols est une histoire de fromage !

Un modèle qui permet de bien représenter les moyens d’améliorer la sécurité est appelé modèle de Reason (du nom de son inventeur, le Professeur James Reason) ou « Swiss cheese model » (littéralement « modèle du gruyère »).

Il porte ce nom en raison des plaques trouées, comme le fameux fromage suisse, qui sont utilisées pour symboliser les différents « acteurs » de la sécurité.

Chaque « acteur » de la sécurité des vols est représenté par une plaque, les trous symbolisant quant à eux les défaillances possibles. Et quand une série de trous est alignée, toutes les conditions sont réunies pour qu’un accident ait lieu.

modèle de Reason - cas de l'accident

En gardant ce modèle en tête, on comprend qu’il y a donc deux solutions pour éviter l’accident :

→ Soit rajouter une plaque.

→ Soit supprimer un trou dans l’une des plaques existantes.

Dans les deux cas, on évitera l’alignement des trous et l’accident n’aura donc pas lieu.

modèle de Reason - cas de l'accident évité

 

Mais concrètement, c’est quoi une plaque et un trou ?

→ Les pilotes par exemple ont pour mission principale d’assurer la sécurité des vols. Ils sont donc représentés par une plaque dans le modèle de Reason.

Mais ces même pilotes ont des failles, certaines universelles à l’Homme, d’autres propres à chacun et qui peuvent varier avec les temps : ce sont les fameux trous dans la plaque. Des facteurs tels que la fatigue ou le stress vont avoir tendance à agrandir ces trous. Inversement, la formation par exemple va permettre d’en réduire la taille.

L’humain est faillible par nature, les illusions d’optique en sont un exemple. Petit aperçu :

Sur la gauche de l’image, si vous vous concentrez sur la bande grise, celle-ci semble plus sombre en haut et plus claire en bas, non ?

illusion d'optique : barre grise sur fond dégradé

En réalité, il s’agit exactement de la même bande que sur la droite de l’image : sa couleur est totalement uniforme !

Cette exemple a pour objectif de vous sensibiliser au fait que notre façon de voir, d’entendre, de comprendre,… est fortement liée à l’environnement et au contexte. On interprètera ainsi différemment une même information selon que l’on soit assis seul derrière son bureau ou à table avec un groupe d’amis.

 

→ Autre cas concret : Certains systèmes liés à la sécurité des vols vont être des plaques qu’il est possible d’ajouter au modèle. Le TCAS (Traffic Collision Avoidance System) par exemple est un système qui prévient l’équipage de la proximité d’un autre avion, afin d’éviter une collision. Plutôt pratique ! Dans le modèle de Reason, il s’agira donc d’une plaque supplémentaire, permettant d’éviter un accident, mais possédant elle aussi ses faiblesses.

 

→ Grâce à ce modèle, on peut définir tout ce qui permet d’améliorer la sécurité des vols, et les faiblesses qui y sont associées : contrôleurs aériens, procédures, mécaniciens, technologie, etc. Il s’agit ainsi d’un excellent moyen de mieux comprendre comment ajouter des barrières pour réduire le risque d’accident.

 

Pour aller plus loin :

Le site de l’Institut pour l’Amélioration de la Sécurité Aérienne est une vraie mine d’or, riche en ressources pour mieux appréhender les notions de sécurité : http://www.iasa-france.com/

Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à les poser en rejoignant (et en « likant » tant qu’à faire) notre page Facebook ou rendez-vous tout simplement dans les commentaires de cet article ou dans la « boîte à questions » ! A bientôt !

By | 2016-12-09T18:55:53+00:00 23 mai 2014|Compagnies aériennes, Technique|7 Comments

About the Author:

Pilote professionnel, instructeur et ingénieur aéronautique, je suis le fondateur du site "Comment ça vole ?" et me passionne pour la vulgarisation aéronautique ! Ca tombe bien, non ?

7 Comments

  1. JumboJet 28 mai 2014 at 22h05 - Reply

    Super article comme toujours merci Julien en espérant te lire plus souvent..

    • Julien 29 mai 2014 at 15h17 - Reply

      Bonjour « JumboJet » ! Merci pour ce retour positif. A une prochaine !

  2. Marcie 14 juin 2014 at 11h59 - Reply

    Un génie de plus ce Reason, il avait bien raison !! Un de tes ancêtres qui utilisait aussi les métaphores et les illustrations pour expliquer quelque chose de complexe =)
    En tout cas, toujours aussi clair tes articles, ça donne envie de tout savoir sur « comment ça vole ? »

  3. GUERCIN 30 août 2014 at 18h27 - Reply

    On croirait un cours ENAC sur la sécurité

  4. GUERCIN 30 août 2014 at 18h28 - Reply

    Attention à l »exemple du TCAS, il a rajouté des failels en réglementation, TCAS ou contrôleur
    Uberlingen nous l’a montré…

  5. Naima zohry 13 décembre 2015 at 1h25 - Reply

    Très clair et précis comme explication
    merci ceci va m aider dans ma tâche je dois expliquer à des jeunes dont le
    niveau reste assez faible
    d
    d

  6. Aramisse 7 juillet 2016 at 8h36 - Reply

    Hello,
    Super article comme les autres !
    Par contre, les gars, il n’y a pas de trou dans le gruyère !! :)) (c’est dans l’emmental, suisse aussi )
    Parole d’un expat en suisse

Leave A Comment